Masturbation

Girl fase

Pour la plupart des gars et des filles, les premières expériences sexuelles à leur procurer du plaisir comprennent généralement la masturbation. Selon les sondages, à l’âge de 18 ans, près de 100 % des gars et plus de 50 % des filles se sont déjà masturbés. De nombreux jeunes découvrent par eux-mêmes le plaisir que procure la masturbation; d’autres en entendent parler par des amis. Ce n’est pas tout le monde qui se sent à l’aise avec cette pratique ou qui se sent à l’aise d’en parler ouvertement, car cela est encore considéré comme « pas correct » dans certaines cultures ou par certains parents. Mais comme pour toute autre activité sexuelle, le choix t’appartient de te masturber ou non.

La masturbation, c’est le fait de se toucher ou de se frotter les parties génitales (et aussi d’autres parties de son corps) en vue d’en tirer des sensations sexuelles agréables. C’est l’une des façons de découvrir ce qui est agréable pour toi, sur le plan sexuel.

Pour les gars, se masturber signifie se caresser le pénis ou entretenir des pensées érotiques qui l’amènent à avoir une érection, puis, avec la main, d’exercer un mouvement de va-et-vient sur le pénis, ce qui procure du plaisir et conduit à un orgasme (sensation physique intense). Des jets de sperme jaillissent alors du pénis; c’est ce qu’on appelle l’éjaculation.

Les filles ont plusieurs façons de se procurer du plaisir en solo : elles peuvent se caresser la vulve et se frotter le clitoris, se caresser les seins ou encore tout autre endroit du corps où cela les stimule sur le plan sexuel. La masturbation, notamment chez les filles, ne mène pas forcément à un orgasme : il peut s’agir simplement de caresses qui font du bien; bref, c’est jouer avec son corps.

Il existe – ou plutôt il existait autrefois – plusieurs mythes à propos de la masturbation et de ses effets. L’un d’eux était que cette pratique rend sourd ou fait pousser des poils sur les mains. Évidemment, c’est faux. De plus, la masturbation n’entraîne pas de verrues et, pratiquée seul, n’est pas une cause de transmission d’ITS (voir cette rubrique).