SOS Sexuel

Girl

85% of the time when a young person is sexually assaulted or raped it is by someone he or she knows. It could be a date, a friend, a relative or even a member of their own family. It happens in a car, at a party, at someone’s house or even your own house. Let’s be clear about this. Sexual assault is never okay and it includes any kind of unwanted sexual touching—not just forcing sexual intercourse. There are three things you can do to reduce the chance of sexual assault and date rape:

    1. Be clear about what you want or don’t want. Mind reading doesn’t work. Say “NO” when you mean no. Tell your partner “When I say NO I mean it. STOP when I say stop.” If you say nothing your partner might think everything is okay and you want to go further. If someone says NO and you don’t stop you are committing a crime.

 

    1. Stay alert and sober – Drinking too much alcohol often leads to a sexual assault because someone can take advantage of you when you can’t think clearly. When you go to a party where there will be drinking or people are taking drugs, make sure you have someone who will be your “safety buddy” – that’s someone who will look out for you and help you to get out of dangerous situations. And remember, if you are the one asking if it’s ‘okay’, no one can legally consent to sex when they are sleeping or passed out. If the person has been drinking or is high, they might not know what they are doing and that means they don’t really have the ability to say it’s okay. If you have sex with someone who has not, or cannot, give consent, you have committed a crime.

 

  1. Trust your feelings. If you feel uncomfortable at a party or anywhere else, trust your feelings and leave. Find a friend to leave with you or call someone to come and get you.

Rape/Sexual Assault

Stop Abuse

If you have been sexually assaulted or raped you are the victim of a crime and you need to get help as soon as possible. For help you can call the RCMP, your community Health Centre or, in Yellowknife, you can go directly to the Emergency Department at the Stanton Territorial Hospital. Early medical treatment can help to prevent HIV infection or pregnancy. Early testing can also show if you have a “date rape drug” in your system. For support or counseling call the Kids Help Phone at 1-800-668-6868 or talk to a parent, a friend, a teacher, a nurse or other adult you can trust. If you’ve been raped, it is not your fault. You’ll need support and patience. It can take a long time to recover physically and even longer to recover emotionally.

Fini, les étiquettes malveillantes!

Crazy Girl

Les étiquettes malveillantes (comme « fille facile », « tombeur » et « allumeuse ») sont des termes injurieux et blessants. Tu as peut‑être déjà entendu ces mots à l’école, à la télé, dans des films, dans des paroles de chansons ou de la bouche d’un de tes amis. Ces étiquettes ne veulent souvent rien dire dans l’esprit de ceux qui les utilisent et de ceux qui les entendent, mais elles peuvent être très blessantes pour les personnes visées, si elles apprennent qu’on les a traitées ainsi. En effet, ces injures gratuites peuvent causer beaucoup de tort sur le plan psychologique.

Les étiquettes de ce genre constituent de la violence verbale et peuvent conduire à des agressions sexuelles ou à des voies de fait (agressions physiques). En cessant d’utiliser de tels mots, tu contribueras à faire diminuer ou à faire cesser la violence sexuelle. Les filles qu’on étiquette comme étant des « putes » (ou quelque chose du genre) sont souvent, bien malheureusement, victimes d’agression sexuelle ou de viol. Certaines « têtes folles » prennent malheureusement cela au pied de la lettre, présument que c’est vrai et ne prennent pas la fille au sérieux lorsqu’elle refuse les avances du gars mal intentionné. Parfois, certains prétendent même que la victime avait la réputation d’être une fille facile et que si elle a été violée, c’est parce qu’elle avait « couru après ». Soyons clairs : personne ne doit faire l’objet d’une agression sexuelle, quelles que soient ses mœurs réelles ou supposées. Absolument rien ne justifie une agression sexuelle.

Par ailleurs, il y a d’autres étiquettes qui laissent entendre que c’est correct d’être un pauvre con (oups, voilà une autre étiquette...). Lorsqu’un gars couche à droite et à gauche, on dira de lui qu’il est un « tombeur de femmes ». Ses amis l’auront en haute estime, considérant qu’il est « cool » et bien en contrôle de ses relations. Peut-être se vantera-t-il de ses conquêtes amoureuses, du nombre de partenaires qu’il a eues et de ce qu’il a déjà fait. En fait, tout ce que son comportement illustre, c’est son manque de respect envers les femmes, et même envers lui pourrait-on dire.

Il en va de même (et cela peut parfois même être pire) lorsque l’on traite un gars de tapette ou une fille de gouine (ou tout autre terme désobligeant). Personne ne mérite d’être l’objet de quolibets irrespectueux, qui peuvent même devenir une forme de harcèlement ou d’agression envers la personne homosexuelle. Il peut même arriver que des gars et des filles soient victimes d’agression juste parce qu’on les a affublés de ces étiquettes.